Ce très beau cartel est une invention du milieu du XVIIIe siècle, par le célèbre bronzier Jean-Joseph de Saint-Germain (1719-1791), qui en avait déposé le brevet. Tous ne sont pas signés St GERMAIN (un modèle signé a été adjugé 6200 euros hors frais chez Lempertz).

 

Il présente un registre tout à fait rocaille avec une composition asymétrique sommée de la figure du point du jour tenant une torche enflammée. 

 

Cette figure est assise sur le tambour ajouré en treillage et doublé de tissus, qui habituellement servait à laisser s'épanouir le son du timbre, mais qui ne conserve ici qu'une vocation décorative.

 

Le cadran d'émail d'un seul tenant (post-1740) du milieu du XVIIIe siècle est signé au revers (signature indéchiffrable). Il faudrait sans doute chercher dans les documents relatifs à l'horloger parisien Targe pour identifier cette signature figurant sur le contre-émail.

 

Au-dessous du cadran se déploie un motif asymétrique et purement Louis XV typique de Saint-Germain, qui en est l'inventeur. Il est composé d'agrafes, de fleurs au naturel finement ciselées et de feuilles.

 

Ce cartel eut tant de succès, que Saint-Germain en fit varier la base, tantôt en remplaçant par un Chinois la figure au sommet, tantôt en rajoutant des branches autour du cadran, etc. Plusieurs exemplaires, tous différents, ont figuré à la galerie Perrin ou chez Richard Redding. Les Arts Décoratifs de Paris en conservent deux variantes.

 

Ce cartel d'alcôve a été prévu par Targe pour ménager les plus légers des sommeils, car il a été conçu sans timbre dès l'origine.

 

Cartel de Saint-Germain,époque Louis XV

€5,200.00Prix
  • Cartel d'alcôve en bronze ciselé et doré d'un modèle du bronzier Jean-Joseph de Saint-Germain, cadran d'émail signé Targe à Paris. Dim. (H x L): cm.


  • Accidents à l'émail du cadran. Un manque dans le treillage de bronze latéral. Verre changé. Mouvement révisé et donc en état de fonctionnement. 

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon

© Galerie Paragone 2017.