May 14, 2018

Please reload

Posts Récents

Une commode doublement royale par Lalonde

June 27, 2018

1/2
Please reload

Posts à l'affiche

La Fabrique du luxe: les marchands-merciers parisiens au XVIIIe siècle

October 27, 2018

 

 

S'il y a bien une exposition que nous vous recommandons chaudement pour cet automne, c'est bien la petite mais brillante exposition organisée au musée Cognacq-Jay sous les toits de l'hôtel particulier de la rue Elzévir à Paris !

 

Ne perdez pas de temps, et réservez directement en ligne votre ticket d'entrée afin de vous épargner la file d'attente :

https://www.billetterie-parismusees.paris.fr/selection/timeslotpass?productId=101349358706

 

Allez y découvrir les Sèvres de la duchesse de Luxembourg, une pendule achetée par madame du Barry et des vases en céladon craquelé montés en bronze doré de la duchesse de Mazarin, objets tout récemment identifiés !

 

Du 29 Septembre au 27 Janvier 2019

 

 

 

« Marchands de tout et faiseurs de rien », suivant la célèbre et peu amène sentence prononcée par Diderot dans son Encyclopédie, les marchands merciers constituent l’une des corporations parisiennes les plus importantes au XVIIIe siècle.


Du 29 septembre 2018 au 27 janvier 2019, le musée Cognacq-Jay organise la toute première exposition consacrée à cette corporation particulièrement codifiée et incontournable dans la diffusion de l’art et du luxe français.


À travers les destins de marchands comme Lazare Duvaux ou Dominique Daguerre, le musée présente une centaine d’oeuvres d’art, de documents et d’archives illustrant les origines du luxe à la parisienne.

À la fois négociant, importateur, collecteur, designer et décorateur, le marchand mercier occupe un rôle majeur dans l’essor de l’industrie du luxe à cette époque. Personnage atypique, il entretient des liens dans la haute aristocratie et s’appuie sur un réseau international d’artistes comprenant les meilleures spécialités techniques et artistiques, qu’elles proviennent de Lyon ou de Chine.


Les marchands merciers se trouvent au coeur d’un réseau à trois pôles : le commanditaire, l’artisan ou artiste et, phénomène nouveau à la puissance croissante, la « mode ». Aussi, pour se faire connaître et agrandir leurs réseaux, ils développent les mécanismes de la promotion publicitaire, avec le concours de dessinateurs anonymes ou d’artistes comme Boucher ou Watteau.


Dissoute durant la période révolutionnaire, cette corporation suscite encore aujourd’hui l’intérêt des historiens de l’art et d’universitaires qui en font leur sujet de recherches. Le parcours de l’exposition explore le contexte propice à l’épanouissement de ce réseau, les clefs de leur succès et leurs innovations, et s’attache à dépeindre quelques-uns de ses illustres représentants.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square